De pierre et de bois

 

  

Toi le randonneur, si tu promènes tes guêtres dans nos montagnes de Soule, il y a de fortes chances que tu découvres de petits abris en pierres sèches et aux toits de bardeaux ou de tôles. Ils sont plus qu'un refuge ou un abri ! ils sont l'âme de cette montagne de Soule , ils sont la "civilisation" de ce site magnifique.

"Olha", tu as vu passer d'innombrables bergers ! et combien d'histoires nous aurais-tu conté combien de larmes, de cris et de rires as tu entendu ? Certains toujours en activité , d'autres en ruines, les "Olhak" continuent leur vocation pastorale en recevant "Artzaina" et leurs familles ou accueillent les randonneurs à la recherche d'un abri ou de souvenirs lointains. Quelques uns ne sont plus que tas de pierres, mais restent la mémoire d'un passé riche

Toi le randonneur respecte ce lieu , il sera te le rendre en te protégeant, et si tu sais l'écouter il te racontera peut être une de ses vieilles histoires dont il a le secret!!!!

 

 

 

 Qu'il s'appelle courtaou, orris, cayolar ou olha, ils sont tous des "abris" de berger, ils sont tous à vocation pastorale. De pierre et de bois, leur construction est des matériaux prélevés sur place et dont disposaient les bergers. Le olha Souletin est l'un d'eux, et comme eux à traversé le temps en emportant ses secrets et ses histoires. Occupé une bonne partie de l'année (de mai à septembre) on comprend mieux la nécessité d'aménager le olha de manière convenable et durable. Une des particularités de la Soule est le système de cohabitation des bergers. Plusieurs propriétaires, mais pas de "patron"!! Ceci implique un travail de tous pour le bien de tous

L'implantation

Le choix du site est fonction des zones de pâturage, mais surtout de la bonne qualité de l'herbe. La présence d'un point d'eau est aussi un élément important pour l'implantation de la future cabane. De pierre et de bois, ceci nécessite la proximité des deux matériaux dans le secteur pour l'élaboration du bâtit, mais aussi pour le bois de chauffe et la fabrication des ustensiles.

Pour éviter les contraintes du mauvais temps d'ouest, le "olha" est très souvent orienté à l'est. Le saloir situé dans la partie nord de la cabane bénéficie ainsi du maximum de fraîcheur. De son abri, le berger doit pouvoir observer le troupeau et la zone pastorale (bulta). De se fait, le "olha" est placé dans un endroit dominant

La fonction

La cabane pastorale est un endroit ou le berger dormait, mangeait, fabriquait le fromage et le stockait. Tout ceci nécessitait une organisation dans l'élaboration et dans la vie de la future construction. D'une surface approximative de 40m2, le "olha" souletin est scindé en deux parties. Le saloir à fromage, (gastantégi) est séparé du reste de la partie de vie et de fabrication par une poutre basse cloisonnée et incurvée au niveau du passage du berger .

Le reste du "olha" comprend : la cheminée équipée de la crémaillère pour faciliter la manutention de la marmite de lait sur le feu , d'un grand couchage (atzea) pour sept personnes environ , de casiers de rangement (ziloak),et d' un banc (larra) pour la fabrication du fromage et sur lequel les bergers prenaient leurs repas

la construction

De pierres sèches et de terre , les murs supportent un toit robuste à fortes pentes. les murs-pignons sont souvent terminés de bardage sur la partie haute. La tôle a remplacé le bardeau de hêtre et vient recouvrir une charpente de qualité, ce qui à permis au "olha" de traverser le temps sans trop de dégats

D'aprés Mr Hoqui de la maison Errecagaitz à Chéraute , il fallait à tous les cayolaristes entre deux à trois semaines de travail pour monter une cabane (exemple de pixta gagnékoa en 1947). Les bois étaient préparés sur le site de pixta pékoa à la scie de long , puis montés à l'emplacement du nouveau "olha" à dos d'anes et d'hommes. les bardeaux eux aussi étaient taillés sur place et acheminés sur le lieu de travail. Ce matériel préparé, tous les "cayolaristes" se réunissaient pour le chantier. Une quinzaine de personnes oeuvraient aux différentes taches, pour monter les murs et la charpente.Celle ci par des ancrages métalliques était reliée au mur de pierres sèches au niveau des sablières. Les bardeaux recouvraient la toiture qui se terminée par des coyaux , solution technique évitant les pannes faitières et renforçant la liaison toit mur . L'usage du bois est très important dans le "olha" Souletin. Le bâtit fini, il fallait terminer l'agencement intérieur

I haut de page I I sommaire I